La plupart des dispositions en vigueur des traités de l’Union Européenne sont codifiées dans les deux traités constitutifs, qui ont été modifiés à de nombreuses reprises :

– le traité de Rome ou traité sur le fonctionnement de l’Union européenne a été créé en 1957. Il a constitué l’acte fondateur de la Communauté économique européenne (CEE). Il a été signé le 25 mars 1957 à Rome, par l’Allemagne, la France, l’Italie et les trois pays du Benelux : Belgique, Luxembourg et Pays-Bas, les délégations ayant la volonté de s’engager dans un processus irréversible. Selon son préambule, le traité vise notamment à « établir les fondements d’une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens ».Il a notamment institué le marché commun européen et a défini les bases de la politique agricole commune (la PAC).

– le traité de Maastricht ou traité sur l’Union européenne (ou encore TUE de son petit nom – et oui on est d’accord, ça sonne étrange…), est signé par l’ensemble des douze États membres de la Communauté économique européenne à Maastricht (Pays-Bas), le 7 février 1992. Le traité de Maastricht marque la fondation de l’Union européenne qualifiée de « nouvelle étape dans le processus créant une union sans cesse plus étroite entre les peuples de l’Europe ». Il englobe les Communautés européennes préexistantes en modifiant les traités les instituant (notamment le traité de Rome). Il définit la nouvelle politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. Entre autres dispositions, le traité de Maastricht renforce de rôle du parlement européen et achève la mise en place du marché unique et la création de l’Union économique et monétaire (UEM) – devant conduire à une monnaie unique, l’euro – dont il définit les institutions et les grandes règles.