Présentation d’une civic tech : Démocratie Ouverte

Si vous nous suivez, vous avez sans doute compris que notre but est de vous aider à comprendre nos institutions et la politique en générale pour vous inciter à vous impliquer dans la vie publique de notre pays. Mais nous ne pouvons pas parler de l’implication dans la vie politique sans parler des Civic Techs, qui jouent un rôle de plus en plus important et c’est pourquoi nous souhaitons vous présenter régulièrement certaines d’entre elles que nous trouvons intéressantes. Mais avant toute chose, expliquons rapidement ce que sont les Civic Techs.

Les Civic Techs, qu’est ce que c’est ?

Il y a beaucoup de définitions de la Civic Tech, mais le journaliste Alex Howard, offre une définition claire et concise de celles-ci qu’il décrit comme : « tout outil ou processus que les individus ou les groupes peuvent utiliser pour influer sur la scène publique ». Pour donner quelques exemples, une Civic Tech peut être un système de discussion avec les élus, une plateforme de consultation des citoyens, une plateforme d’éducation à la citoyenneté, enfin tout outil qui permet aux élus et citoyens d’échanger dans une totale transparence.

Pour que vous puissiez vous y retrouver dans toutes les civic techs qui existent aujourd’hui nous avons décidé de vous en présenter quelques unes et nous avons décidé de commencer par Démocratie Ouverte, un collectif citoyen indépendant qui agit sur plusieurs plans.

Démocratie Ouverte, qu’est ce que c’est ?

Démocratie Ouverte est une Civic Tech qui existe depuis plusieurs années maintenant. Ce collectif nous paraît être une bonne cible pour cette première présentation. En effet, Démocratie Ouverte est une communauté d’innovateurs démocratiques. Elle regroupe des personnes et des organisations qui promeuvent les principes du “gouvernement ouvert” c’est à dire une gouvernance transparente, participative et collaborative. Historiquement, l’idée de gouvernement ouvert a été lancée par Barack Obama au début de son mandat. Cette initiative visait à créer un niveau sans précédent de transparence et d’ouverture du gouvernement et l’idée était de lancer un grand chantier international, pour que les pays souhaitant participer puissent s’échanger leurs bonnes pratiques sur les projets de participation citoyenne au gouvernement et à la politique publique en générale. Cette initiative engage fermement le gouvernement et ses agences à travailler avec les citoyens de manière transparente, participative et collaborative. Plusieurs pays se lance dans l’aventure, mais la France, à ce moment là, reste en retrait de ce grand projet.

Démocratie Ouverte a été créé par un groupe de citoyens, pour combler ce vide dans notre pays et essayer, à leur échelle, de s’inspirer du modèle que Barack Obama voulait mettre en place. Le but étant d’agréger, d’informer et de collaborer avec le plus grand nombre d’acteurs possibles sur les sujet de l’open data et de l’ouverture de la politique aux citoyens.

Aujourd’hui Démocratie Ouvertes rassemble des citoyens, associations, groupes et startup, qui oeuvrent pour améliorer le fonctionnement politique de nos sociétés en concevant et en expérimentant de nouveaux outils, méthodes et mécanismes démocratiques dédiés notamment à :

  • Garantir la transparence des décisions et l’intégrité des décideurs.
  • Permettre la participation de tous aux prises de décisions communes.
  • Accroître le pouvoir d’agir des citoyens,

. Les divers projets portés par les acteurs de Démocratie Ouverte s’articulent autours de quatre grands axes :

  • comprendre la politique,
  • renouveler les institutions,
  • participer à la démocratie,
  • contrôler l’action publique.

De ce collectif est né d’autres projets, tels que Parlement & Citoyens ou encore Cap Collectif, dont nous vous reparlerons dans un prochain article. Si vous êtes intéressé par le collectif, n’hésitez pas à passer les voir sur leur site internet : democratieouverte.org

Le 25 septembre 1792, la République française est déclarée « Une et Indivisible »

Le 25 septembre 1792, la République française est déclarée « Une et Indivisible »

A la suite de l’abolition de la monarchie constitutionnelle en France, le 21 septembre 1792, la République française est déclarée « une et indivisible », le 25 septembre 1792. Ce principe est repris dans notre Constitution actuelle, dans l’article premier et constitue un des principes fondamentaux de la République Française.

Quels sont les principes fondamentaux de la République Française ?

Chacun connait la fameuse devise de notre pays : Liberté, Égalité, Fraternité. Celle-ci énonce les principes fondamentaux de la République Française qui se traduisent en droits intangibles qui ont été reconnus par les divers régimes républicains pour les citoyens. A ce titre, l’article premier de la Constitution énonce les principes fondamentaux de notre république : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

La France  est une République indivisible

Aucune partie du peuple, ni aucun individu, ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté nationale. Seul le peuple exerce cette souveraineté via ses représentant ou via le referendum. L’unité et l’indivisibilité garantissent une application uniforme du droit sur l’ensemble du territoire national.

La France est une République laïque

Ce fondement découle à la fois du principe de la liberté de croyance et du principe d’égalité des citoyens devant la loi et implique la séparation des Églises et de l’État. Aucune religion n’a ainsi de statut privilégié au sein de la République et chaque individu dispose de la liberté de ses opinions et de sa foi.

La France est une République démocratique

Le caractère démocratique de la République implique le respect des libertés fondamentales et la désignation des différents pouvoirs au suffrage universel (ouvert à tous les citoyens majeurs), égal (chaque électeur dispose d’une voix) et secret (chacun vote librement à l’abri de toute pression).

La France est une République sociale

Enfin, le caractère social de la République résulte de l’affirmation du principe d’égalité. Il s’agit de contribuer à la cohésion sociale et de favoriser l’amélioration de la condition des plus démunis.

En plus de ces principes acquis de longue date, les dernières révisions constitutionnelles ont rajouté de nouveaux principes.

Le caractère décentralisée de la République

La révision constitutionnelle du 28 mars 2003 a établi le principe de l’organisation décentralisée de la République.

La charte de l’environnement

Celle du 1er mars 2005 a proclamé l’attachement du peuple français « aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement », dont notamment le développement durable et le principe de précaution.

L’égalité femmes / hommes

Enfin, la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 a complété les dispositions en faveur de l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives en les étendant aux « responsabilités professionnelles et sociales » (article 1 de la Constitution).

Un évènement original : réinventer l’Assemblée Nationale

Un évènement original : réinventer l’Assemblée Nationale

Hier, mercredi 20 septembre make.org a organisé l’évènement « Réinventer l’Assemblée Nationale ».
En présence (physique ou grâce au live facebook) de nombreux citoyens, d’un grand nombre de députés et du président de l’Assemblée Nationale, François de Rugy, make.org a permis a 11 civictechs innovantes et participant à réinventer l’assemblée nationale de se présenter.

Les citoyens et les députés ont également eu la parole pour exprimer leur besoins, leurs expériences et leur vision du futur de l’Assemblée Nationale.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi l’évènement, nous vous en proposons un résumé.
Les 11 civictechs présentes étaient :

Accropolis , la chaine YouTube qui commente les débats politiques en direct. En plus des débat à l’Assemblée Nationale ou des questions au gouvernement, Accropolis couvre également des évènements plus internationaux comme les conférences des Nations Unis par exemple. Avec lui, les interminables débats à l’assemblée nationale n’auront plus de secret et vous paraitront intéressants ! On vous le conseille !

Parlement et citoyen , une plateforme qui permet aux citoyens et parlementaires de rechercher ensemble des solutions aux problèmes de notre pays. Parlement et citoyens travaille en étroite collaboration avec les parlementaires, qui déposent, de façon volontaire, leurs propositions de loi, afin de recueillir les avis, les éventuels amendements et votes des citoyens sur la proposition.

Démocratie Ouverte et Sytème D, un collectif citoyen indépendant qui agit pour accompagner les innovateurs démocratiques, permettre aux citoyens de faire entendre leur voix et de gagner en pouvoir d’agir.

Voxe, c’est la boîte à outils du citoyen connecté. Passez y faire un tour, vous y trouverez tout un tas d’outils pour vous aider à vous connecter à la politique simplement.

Brainlinks qui réunit plusieurs applications permettant la circulation des idées et de valeurs à grande échelle.

Assembl, une plateforme conçue pour structurer les groupes de grande taille (jusqu’à des dizaines de milliers) pour assurer une intelligence collective. Ce n’est ni un réseau social ni un forum en ligne, chacun est incité à réagir et à co-construire en fonction des contributions des autres participants.

Kawaa, une plateforme collaborative qui rassemble tous les outils pour réussir l’organisation des rencontres dans la vie réelle.

Fluicity , un réseau citoyen pour une démocratie locale en continue. C’est une appli qui vous permet de dialoguer directement avec vos élus.

Stig, une application gratuite qui permet aux citoyens de construire ensemble la volonté générale à l’échelle de la France ainsi qu’à l’échelle locale.

Cap Collectif, une plateforme d’intelligence collective complète et polyvalente.

Et bien sur make.org qui organisait l’évènement, qui est une plateforme indépendante et non partisane dont la raison d’être est de catalyser les idées afin de mettre en œuvre les actions qui façonneront la société de demain..

Certains députés ont également pu expliquer ce qu’ils mettaient en place dans leur circonscription pour améliorer le débat public et la participation des citoyens, comme Pacôme Rupin, qui met en place des ateliers citoyen pour discuter avec les citoyens des lois en cours de vote à l’Assemblée Nationale, ou également Paula Forteza dont la démarche est de travailler à l’ouverture du parlement sur la société civile par le biais d’outils numériques par exemple.

D’autres civictechs ont pu présenter leur projet comme par exemple citizen lab (une plateforme d’engagement civique permettant aux élus de gérer leurs projets de participation citoyenne) ou ciwik (une application qui reconnecte les citoyens à leurs élus, candidats et collectivités)

La conférence s’est terminée par un discours de François de Rugy qui soutient les initiatives développées par les civictechs pour aider à rapprocher les citoyens de la politique.

Pour conclure , nous voudrions préciser ce qui a été dit en début de conférence. L’ensemble des députés ont été sollicités de la même manière pour participer à cet évènement, la venue de chacun était une décision individuelle, aucun groupe n’ayant été sollicité plus que les autres. Un autre point important est la neutralité des civictech qui se doivent d’être non partisane et le plus neutre possible même si la neutralité totale n’est pas une chose évidente. Egalement, la question du modèle économique a été rapidement soulevé en début de conférence et il est important de rappeler qu’il est nécessaire que la société civile s’empare du sujet de l’engagement citoyen, qui de toute évidence va prendre de l’ampleur ces prochaines années, afin de limiter la reprise de ce sujet par des sociétés dont le but n’est pas forcément l’emancipation citoyenne. Bien sur, la confidentialité des données personnelles est un enjeux majeur pour toutes les plateformes qui proposent des votes ou qui demandent des avis. Il est absolument nécessaire que ces données soient protégées et ne soient pas utiliser pour être revendues, à quelle que fin que se soit.
Enfin, même si les civictech passent pour le moment pour une grande partie par internet et par les nouvelles technologie, n’oublions pas que l’engagement citoyens passe et passera aussi par un engagement en réel, c’est pourquoi nous étions très heureux de pouvoir participer à cette manifestation, et que nous travaillerons dans le futur pour aider à l’organisation d’évènement permettant la rencontre et la discussion entre citoyens, et entre citoyens et élus.